Pour les Animaux, les Etres Humains & la Planète 
line decor
  
line decor
       

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nîmes, 17/09/04 (© J. Lescure) 

 

 

 

 

 


   

Spectacles, loisirs... et souffrance animale

 

Pour le divertissement et le plaisir des humains, les animaux, dans les coulisses, paient le prix fort !...

 

Se divertir est une activité qui occupe une part importante de notre existence, et c'est bien naturel ! Le problème, c'est quand l'être humain cherche à s'amuser au mépris des souffrances, maltraitances et cruautés infligées à un grand nombre d'animaux dans les cirques, marinelands, corridas et autres jeux, spectacles et loisirs cruels... :

 

  • Cirques avec animaux : Derrière les habits et les farces se cachent d'immenses souffrances et une infinie détresse... Animaux-esclaves, privés de leur liberté, enchaînés, battus, maltraités, humiliés... Si les enfants savaient... ils seraient les premiers à vouloir les sauver !!! Les animaux sauvages (lions, tigres, ours, éléphants...) sont brutalement capturés et arrachés à leur milieu naturel, et la majorité meurent pendant les transports. Puis, comme les autres animaux domestiques (chevaux, chiens...), ils sont "dressés", souvent très violemment, à coups de fouet, de cravache, voire même de massue, d'aiguillon électrique ou de pique (instrument métallique pointu et coupant utilisé pour donner des coups, et blesser l'animal aux endroits les plus sensibles), et par des privations diverses (nourriture, repos...). Même si parfois certains dresseurs ne sont pas aussi violents, les animaux sauvages dans les cirques sont dominés, privés de leur liberté, confinés toute leur pauvre vie dans de minuscules cages, sans aucuns moyens de satisfaire leurs besoins physiologiques de base, transportés dans d'interminables voyages sans eau ni nourriture, et au cours desquels ils subissent la chaleur épuisante de l'été, ou le froid de l'hivers... les animaux se soumettent... Ils ne prennent aucun plaisir à être habillés comme des humains, marcher sur deux pattes, sauter à travers un cerceau enflammé, ou être applaudis... Ce sont des esclaves, brutalisés et maltraités, qui finissent parfois par devenir fous, ou bien dépriment et meurent en refusant de s'alimenter... Pour en savoir plus : "Cirques : Ni cage, ni fouet, ni piste" (Dossier de One Voice)

 

  • Marinelands : Le sort des animaux marins (dauphins, orques) utilisés dans les delphinariums et autres marinelands n'est pas plus enviable... La capture de ces animaux sauvages est toujours extrêmement violente : poursuivis jusqu'à épuisement, ils sont ensuite capturés au moyen de filets, de pinces, de «lassos »... Cet événement constitue toujours un grave traumatisme pour ces êtres sensibles et intelligents, autant pour ceux qui sont pris que pour les autres, car les relations au sein de leurs groupes sont très profondes et très intenses. Dissimulées derrière l'appellation de "renforcement positif", les méthodes de dressage sont les mêmes pour les dauphins et les orques : ils sont tous tenus par la faim et contraints d’exécuter les tours s’ils veulent manger. S'ils ne font pas ce qu'on leur demande, ils ne mangent pas et restent affamés ! Les conditions de détention et la privation de liberté sont très dures : dans la nature, les dauphins vivent en groupes, et peuvent nager plus de 70 kms par jour ! Ils plongent à plus de 500 mètres de profondeur ! En captivité, ils vivent dans des bassins en béton, dans lesquels ils nagent en ronds... Les conditions de détention sont encore pire pour les orques, tout simplement parce qu’ils sont plus grands et ont donc encore moins de place pour se mouvoir dans les bassins. Dans l’océan, les orques parcourent jusqu’à 160 km chaque jour. Ils passent des heures à sauter, plonger, chasser, jouer et à communiquer avec les autres membres du clan. Le temps moyen de vie en captivité serait inférieur à 6 ans (d’un jour à un peu plus de 27 ans). La plupart des orques meurent avant d’avoir 20 ans. D’après les scientifiques, dans la nature, les femelles peuvent atteindre plus de 80 ans et les mâles 50 à 60 ans. Les numéros effectués par les dauphins et les orques sont faits pour donner l'illusion que les animaux sont heureux. Par exemple, quand l’animal « embrasse » le dresseur ou bien « applaudit » ou bien encore hoche la tête aux questions, les spectateurs sont persuadés que le dauphin le fait avec joie ! Mais il est un prisonnier, un esclave... qui a faim... Pour en savoir plus: Mammifères marins en souffrance (dossier de One Voice)

 

  • Corridas : Au cœur de ce « spectacle » : la torture à mort d'un animal... La corrida c'est le spectacle de l'intense douleur d'un taureau, et de son agonie dans l’arène, mais aussi celui de la terreur des chevaux, qui sont souvent blessés et parfois même éventrés... Le taureau n'est pas un "fauve" mais un animal domestique et herbivore ! Dans l'arène, il essait de se défendre face aux coups et blessures qu'il reçoit, et tente désespéremment de sauver sa vie... Mais il est finalement achevé dans un bain de sang à coups d'épée répétés, puis avec un coup de poignard final dans la nuque pour lui sectionner la moelle épinière, sous les clameurs sordides de la foule ravie ! (Et l'entrée est gratuite pour les enfants de moins de 10 ans !). Puis on efface le sang sur le sable, et on fait entrer la victime suivante... Ils seront 6 à être torturés et assassinés pour le spectacle ! Mais ça n'est pas tout !! La corrida, c'est aussi tous les sévices subis par le taureau AVANT les 15 à 20 minutes de torture dans l'arène : L'afeitado en particulier, pratique réclamée par tous les toreros pour affaiblir le taureau avant le spectacle, et qui consiste à scier à vif les cornes du taureau (en termes de souffrances, et à cause des nerfs présents dans la corne, c'est comme si on nous sciait une dent à vif) avant de les poncer et/ou de les reconstituer avec de la résine pour que ça ne se voit pas. Pour le désorienter encore davantage, d'autres "préparations" sont parfois pratiquées aussi, comme lui mettre de la vaseline dans les yeux, ou des aiguilles cassées dans les testicules pour l'empêcher de s'asseoir ou de s'affaler, ou du coton enfoncé très loin dans les narines pour l'empêcher de respirer, ou encore laisser tomber une trentaine de fois des sacs de sable de 100 kgs sur les reins, après l'avoir immobilisé... et d'autres pratiques encore, tout aussi odieuses et révoltantes... Pour en savoir plus, visitez le site du CRAC

 

  • Autres loisirs et divertissements au détriment des animaux : La liste est longue... : la chasse (tuer pour le plaisir), la pêche (les poissons souffrent, c'est prouvé scientifiquement : "Les poissons ?"), les zoos (animaux sauvages privés de liberté et plus ou moins bien traités), les courses de chevaux, les rodéos, les courses de lévriers, les combats de chiens, ou de coqs...

 

DES ALTERNATIVES EXISTENT... ON PEUT FAIRE LE CHOIX DE LA COMPASSION :

Chacun de nos choix sont importants : En choisissant de boycotter systématiquement les cirques, marinelands, corridas et autres spectacles avec animaux, on affaiblit ces pratiques. En effet, la corrida par exemple vit principalement des recettes provenant de spectateurs qui viennent une seule fois, par curiosité (parce-qu'ils ne savaient pas) et qui, écoeurés, ne reviennent plus jamais par la suite... Et en choisissant les cirques sans animaux par exemple, on contribue à soutenir des spectacles qui eux, ne font de mal à personne ! Et on peut tout-à-fait expliquer aux enfants pourquoi c'est important. L'association One Voice propose un tract pour les enfants : "Le cirque c'est rigolo, mais pas pour toute le monde" (que vous pouvez obtenir avec le Kit Samba pour 3 euros).

... Et rendons leur liberté aux animaux !

 

 

Cliquez sur les titres ci-dessous pour accéder aux articles concernant la souffrance du peuple animal sur notre planète :

  1. Expérimentation animale (et méthodes de substitution éthiques et plus fiables)

 

RETOUR PAGE ANIMAUX

 
  
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau de T. Hély